La plus grande erreur que j’ai fait de ma vie

rupture-sentimentaleLa plus grande erreur que j’ai fait de ma vie

C’est d’avoir laissé des personnes dans ma vie beaucoup plus longtemps, qu’elle ne le méritaient

Les types de séparation

Trois types de rupture peuvent être distingués: être quitté, décider de quitter l’autre ou se quitter d’un commun accord. La détresse peut varier en fonction du type de rupture. Mais dans tous les cas, le deuil de la relation est inévitable. L’idéal est de se quitter d’un commun accord mais ce scénario est peu fréquent. Choisir de quitter quelqu’un peut s’avérer aussi perturbant que d’être quitté. Dans le premier cas, le processus de décision qui précède la séparation est parfois déchirant et rempli de culpabilité. Il peut néanmoins être suivi d’un sentiment de soulagement. Dans le second cas, la séparation survient brusquement et de façon inattendue. La personne délaissée se trouve donc déstabilisée.

Les causes de séparation

Pour certains couples, des événements peuvent précipiter la séparation: déménagement, perte d’emploi, maladie, infidélité, problèmes personnels, etc. Pour d’autres, la séparation fait suite à une relation difficile ou insatisfaisante: mauvaise communication, peur de l’engagement, manque de plaisir à être ensemble, absence de soutien affectif, violence physique ou verbale, incapacité à surmonter une étape du développement conjugal ou personnel, etc. Que l’origine de l’impasse soit situationnelle ou sentimentale, la rupture devient alors pour certains couples la seule solution envisageable.

 

Les étapes à franchir

 La détresse qui suit la rupture amoureuse ressemble étrangement à celle ressentie lors du processus de deuil. La personne peut traverser plusieurs étapes soit le choc, puis la dénégation et le retrait, suivi de la reconnaissance et la douleur, et conclure avec l’adaptation et le renouvellement. Bien entendu, plus la relation était significative, plus grand sera le deuil.

La compréhension de ces étapes vous aidera sans doute à surmonter cette rupture et à voir que vous n’êtes pas seul dans cette situation. Elle vous permettra aussi d’expliquer à vos proches ce que vous vivez. Ceux-ci pourront ainsi vous apporter un meilleur soutien. Rappelez-vous que ces étapes vous permettront de mieux vivre la séparation ou toute autre perte.

1. LE CHOC ET L’ENGOURDISSEMENT
«Je ne peux pas imaginer qu’elle m’ait quitté. C’est comme un mauvais rêve.»

Durant les jours qui suivent la rupture, vous vous sentez abattu ou confus. Cette réaction vient d’un réflexe qui bloque tout le système émotionnel. C’est comme si la nature vous avait prémuni d’une sorte de coussin de protection contre le choc de la séparation.

C’est le moment d’avoir quelqu’un à vos côtés pour vous soutenir. De plus, évitez de prendre des décisions à long terme que vous pourriez regretter par la suite comme de changer de programme d’études, de déménager ou de changer d’emploi.

2. LA DÉNÉGATION ET LE RETRAIT
«Je sais qu’il va revenir.» «Ça ne se peut pas! Il va réaliser qu’il s’est trompé.»

Quand l’effet du choc se dissipe, vous n’êtes pas nécessairement prêt à affronter cette réalité. C’est normal, qui songe à la séparation lorsqu’il est encore amoureux! C’est pour cette raison que lorsque la rupture frappe, vous tentez de la nier. La colère envers la personne qui vous a laissé peut prendre toute la place. La dénégation se produit la plupart du temps de façon inconsciente. Mais il faut être attentif aux signes suivants: perte d’énergie, manque d’appétit, manque ou excès de sommeil, douleurs physiques, attente du retour du partenaire, colère, etc.

Parfois, un sentiment de honte peut vous envahir et vous aurez peut-être tendance à vous isoler pour ne pas montrer votre détresse. Pourtant, toutes ces réactions sont fréquentes et normales après une rupture. Il est possible que vous pensiez en avoir fini avec certaines réactions et qu’elles resurgissent des semaines ou des mois plus tard.

3. LA RECONNAISSANCE ET LA DOULEUR
«C’est difficile, j’ai encore mal, mais je crois bien que je vais m’en remettre.»

Cette période est souvent la plus longue et la plus pénible. La séparation est douloureuse car vous prenez conscience d’avoir perdu non seulement votre partenaire, mais aussi un mode de vie. Toutefois, la reconnaissance de cette perte est nécessaire pour retrouver votre équilibre. Il est important de prendre le temps nécessaire pour vivre cette période de tristesse. Vous aurez alors peut-être besoin de sentir la disponibilité de vos proches ou d’une aide extérieure comme un groupe d’entraide ou une aide professionnelle. Certaines personnes retournent vers leur ancien partenaire pour trouver du réconfort. Il est possible que des mises au point soient nécessaires pour bien comprendre la rupture, mais l’autre personne peut difficilement être à la fois la cause de la douleur et son antidote. C’est pourquoi il est peu recommandé de multiplier les rapports avec votre ex-partenaire pour faciliter la séparation.

4. L’ADAPTATION ET LE RENOUVELLEMENT
«Ça va maintenant. Finalement, j’ai appris de cette expérience et je peux passer à autre chose.»

Quand vous passez des «pourquoi» (pourquoi elle m’a laissé?) aux «comment» (comment puis-je tirer profit de cette épreuve?), cela signifie que vous commencez à cicatriser vos blessures. Votre vie ne gravite plus uniquement autour de votre rupture amoureuse. C’est le moment idéal pour entreprendre de nouveaux projets comme faire un voyage ou suivre un cours et qui sait, peut-être s’engager dans une nouvelle relation amoureuse.

En sortant du deuil de la séparation, c’est votre façon d’être et vos habitudes qu’il vous faut changer pour pouvoir vivre de nouvelles expériences. Le défi s’avère alors d’accepter de partir à la recherche de nouvelles sources de satisfaction. Cela implique le risque de faire des erreurs et d’être de nouveau blessé ou déçu. Il est fréquent que des personnes, après une rupture, tentent d’éviter la souffrance en renonçant de vivre une nouvelle relation amoureuse ou en s’engageant dans une suite de relations. Une telle fermeture réduit bien sûr les risques d’être à nouveau déçu ou blessé, mais à long terme elle empêche de combler pleinement le besoin fondamental d’être aimé.

Vos Commentaires: