les dictons du mois de mai

calendrier mai 2015MAI

En Mai rosée, en Mars grésil.

Pluie abondante au mois d’Avril, Le laboureur est content, plus que s’il gagnait cent écus.

La rosée de mai fait tout beau ou tout laid.

Au premier jour de mai, blanche gelée tue les fruits de l’année.

En mai, fleurit le hêtre et chante le geai.

Plus Mai est chaud, plus l’an vaut.

Du mois de Mai, la chaleur, de tout l’an fait la valeur.

Chaleur de Mai, verdit la haie.

Brouillard de Mai, chaleur de Juin, amènent la moisson à point.

Petite pluie de mai, tout le monde est gai.

En Mai, fleurit le hêtre et chante le geai.

La rosée du mois de Mai rend le laboureur gai.

Celui qui s’allège avant le mois de Mai, certainement ne sait pas ce qu’il fait.

En mai, fleurs au verger font en automne la destinée.

Si le dicton dit vrai, méchante femme s’épouse en Mai.

Mai, en rosée abondant, réjouit le paysan.

Qui a la fièvre au mois de mai, le reste de l’an est sain et gai .

Quand il tonne en mai, les vaches ont du lait.

Quand le raisin naît en Mai, faut s’attendre à du mauvais.

Le froment sera mal nourri, si Mai ne voit sa fleur et son épi.

Quand le vin naît en mai, il faut s’attendre à du mauvais.

Mai froid n’enrichit personne, mais il est excellent quand il tonne.

Chaleur de mai verdit la haie.

Au mois de Mai, le seigle déborde la haie.

Mi-Mai, queue d’hiver.

Mai sans rose rend l’âme morose.

Pluie de Mai, vache à lait.

Quand il tonne en Mai, les vaches ont du lait.

Petite pluie de Mai, tout le monde est gai.

Mai frileux, an langoureux.

Mai fleuri, an réjoui.

Mai venteux, an douteux.

Au mois de mai, les essaims font les charrettes de foin.

Frais Mai et chaud Juin, amènent pain et vin.

Frais Mai, épaisse tourte, mais peu de vin dans la coupe.

Froid Mai et chaud Juin, emplissent la grange jusqu’aux coins.

Rosée de Mai verdit les prés.

Le mois de Mai, de l’année, décide la destinée.

Au mois de Mai, les essaims font les charrettes de foin.

Frais mai, épaisse tourte, mais peu de vin dans la coupe.

Mai pluvieux, marie la fille du laboureux.

Au mois de mai, le médecin est gai.

Mars aride, Avril humide, Mai tenant de tous les deux, présagent l’an plantureux.

Averse de mai a plus de pouvoir que dix arrosoirs.

Celui qui s’allège avant le mois de mai, certainement ne sait pas ce qu’il fait.

Vos Commentaires: