Personne ne prétend que la résilience est une recette de bonheur.

Personne ne prétend que la résilience est une recette de bonheur.

Résilience l’adversité nous rend plus fort..E..S

Personne ne prétend que la résilience est une recette de bonheur.

La résilience est la capacité à faire face à une situation adverse et à sortir renforcéevt de cette fameuse situation.

C’est la base pour utiliser les problèmes comme des apprentissages qui peuvent nous aider à nous améliorer.

La résilience est mise à l’épreuve dans des situations prolongées de stress ou de souffrance, comme la perte inattendue de l’être aimé, le fait de survivre à une catastrophe naturelle, les mauvais traitements dans l’enfance.

À l’opposé du continuum du concept de résilience, on peut situer le développement d’un trouble de stress post-traumatique. Pendant un épisode traumatique, chaque individu a différentes manières d’affronter ce qu’il se passe. De plus, on peut évaluer différemment le même fait.

Selon D’Alessio, la résilience émotionnelle engloberait les traits de la personnalité ainsi que les mécanismes cognitifs développés par un individu qui lui confèrent protection face aux situations adverses, empêchant le développement d’un trouble mental.

La résilience d’un point de vue neurobiologique

Le cerveau est le centre du système biologique responsable de la résilience et régule les mécanismes neurobiologiques, psychologiques et cognitifs de l’individu, liés à la réponse du stress. Le fonctionnement du cerveau est dynamique et peut modifier sa structure en fonction des besoins perçus grâce à la neuroplastici.

La récupération de la neurogenèse dans le gyrus dentelé et le remodelage dendritique hippocampique constitue les principaux changements structurels liés à la résilience et qui peuvent être altérés pendant le stress prolongé. Les facteurs qui font que chaque individu réagit différemment à une même stimulation potentiellement stressante ont une nature différente : génétiques, circonstanciels, relationnels etc

Chez les individus résilients, les variables constitutionnelles, biologiques et génétiques interagissent avec  

les variables environnementales et les comportements appris pour résoudre des situations adverses déterminées.

Elles le font dans le but d’éviter ou de prévenir des situations adverses. Ainsi, on ne peut pas parler d’une seule variable qui ferait d’un sujet une personne résiliente…..

Vos Commentaires: