Il n’y a pas de bonheur comparable à la première pression des mains

Les grands-parents ont une place particulière dans le cœur de leurs petits-enfants

Il n'y a pas de bonheur comparable à la première pression des mains

tu seras ce que je suis

J’ai été ce que tu es, tu seras ce que je suis

……….

Il n'y a pas de bonheur comparable à la première pression des mains

Il n’y a pas de bonheur comparable à la première pression des mains

Il n’y a pas de bonheur comparable à la première pression des mains, quand l’une demande : « M’aimez-vous ? » et quand l’autre répond : « Oui, je t’aime. ».

Guy de Maupassant

……….

Personne ne peut

Personne ne peut faire pour les enfants ce que font les grands-parents. Ceux-ci répandent une espèce de poudre d’étoiles sur leurs vies 

-Alex Haley

……….

Merveilleux d’avoir

Si j’avais su que c’était merveilleux d’avoir des petits enfants, je les aurais eu en premier.
-Lois Wyse

……….

Les petits enfants

Les petits enfants remplissent l’espace vide dans votre cœur que vous ne saviez même pas que vous aviez.

……….

Tout au long de la vie

La naissance d’un petit-enfant est un événement merveilleux et passionnant ! Cet émerveillement et cette excitation continue tout au long de la vie.
-Tom Potts

……….

Un grand -père

Un grand-père est quelqu’un avec de l’argent dans ses cheveux et de l’or dans son cœur

……….

Les gène

Ils disent que les gène sautent des générations. Voila peut être pourquoi les grands-parents trouvent leurs petits-enfants si sympathiques.
Joan McIntosh

……….

Les petits enfants

Les petits enfants sont les cadeaux d’hier, la fierté d’aujourd’hui et la joie de demain.

……….

Poussière d’étoile

Les grands-parents saupoudrent de la poussière d’étoiles sur la vie de leurs petits enfants
-Alex Haley

……….

Très beaux texte d’Erma Hombrek. Et Dieu créa la maman.

Très beau texte d’ Erma Hombrek. Et Dieu créa la maman.

Très beau texte d' Erma Hombrek. Et Dieu créa la maman.

maman


Du soir au matin, du matin au soir, il travaillait sans relâche à créer la MAMAN.  
Lui apparut alors un ange qui lui dit: Vous en mettez du temps pour cette créature-là!

Le Bon Dieu lui répondit:  As-tu seulement lu sa fiche technique?
Il faut quelle soit entièrement lavable sans être de plastique, elle est composée de mille pièces mobiles et toutes remplaçables, elle roule au café noir et aux « restants » de cuisine, elle marie la douceur de roulement à la solidité de la carrosserie.

Ses baisers guérissent tout, depuis les entorses aux chevilles, jusquaux chagrins damour…
Il lui faut aussi six paires de mains!

L`ange hocha la tête: Six paires de mains? Impossible!

Ce ne sont pas tellement les mains qui membarrassent, expliqua le Bon Dieu,
mais les trois paires de yeux indispensables à toute maman.

Ce nest pas conforme au prototype! riposta lange.

En soupirant, le Bon Dieu continua:
Il lui faut une paire d`yeux qui voient à travers les porte fermées:
Quest-ce que vous faites là les enfants?Tout en connaissant la réponse.
Une autre paire dyeux derrière la tête pour voir ce quelle ne devrait pas, mais quelle doit savoir.
Et une troisième paire par devant, pour regarder lenfant qui fait une bêtise, des yeux qui disent quand même:
 « Je taime et je te comprends… » Et sans ouvrir la bouche!

Seigneur, dit lange en lui tapotant amicalement lépaule, allez vous coucher, il se fait tard. À chaque jour suffit sa peine.

Je ne peux pas répond le Bon Dieu, je sens que je touche au but.
Je suis sur le point de créer un être véritablement à mon image, un être qui me ressemble!
Jai enfin réussi à rendre cette créature capable de se guérir toute seule quand elle est malade,
de préparer un repas pour six personnes avec une livre de viande hachée,
de faire prendre son bain à son grand garçon de neuf ans
et de consoler le premier chagrin damour de sa grande de quinze ans.»

Lange continue linspection de la future maman:« trop délicate», murmure-t-il.

Oui, mais combien résistante! réplique vivement le Bon Dieu.
C`est incroyable tout ce que cette créature peut faire et supporter!

Elle peut penser? Demande l`ange

Non seulement penser, mais encore AIMER et apaiser dit Dieu.

Lange continue lexamen, passe son doigt sur la joue et fait remarquer: Oh! Il y a une fuite!

Ce nest pas une fuite, dit le Bon Dieu; cest une larme.

Une larme de quoi? Demande lange.

Une larme de joie, de tendresse, de déception, de tristesse, de solitude, ou encore de fierté, dit le Bon Dieu.

Ce sera sûrement « le » chef-doeuvre de toute la création
 conclut lange.

De fait, ajoute le Bon Dieu, jen suis si fier que jen prépare une pour mon propre Fils. Je lappellerai Marie.
 

Histoire touchante, une femme de 61 ans enceinte de son propre petit-fils

Cette grand-mère a accepté d’être la mère porteuse de l’enfant de sa fille pour cause d’infertilité de la jeune .

61-ans-enceinte

Kristine Casey

Susan Casey et Bill Connell se sont mariés et voulait avoir un enfant.

Après une fausse couche et des jumeaux morts-nés, ils ont décidé de se tourner vers une autre solution, il s’agit de la fécondation in vitro.

C’est à ce moment que la maman de Susan, Kristine Casey, a fait une offre à sa fille qu’elle ne pouvait pas refuser. Porter son enfant pour elle.

naissance

bill et maman

61-ans-enceinte-fils

Kristine et Susan Casey

Aujourd’hui, le petit garçon qui s’appelle Bill a 4 ans est en excellente santé61-Ans-Enceinte61-ans-enceintematernite-accouchement

 

Dans mon temps ! Nous étions écolo sans le savoir !!!

DANS MON TEMPS
Autrefois, on ne connaissait pas l’écologie, mais nous l’étions….sans même le savoir, car :

On retournait les bouteilles de verre consignées au magasin.

Le magasin les renvoyait à l’usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : les bouteilles étaient recyclées.

On montait l’escalier à pied : on n’avait pas d’escaliers roulants et peu d’ascenseurs.

On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux rues : on marchait jusqu’à l’épicerie du coin.

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On ne connaissait pas les couches jetables : on lavait les couches des bébés !

On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge, pas dans une machine de 3000 watts.

On utilisait l’énergie éolienne et solaire pour sécher les vêtements.

On reprisait systématiquement les vêtements qui passaient d’un frère ou d’une soeur à l’autre.

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On n’avait qu’une TV (quand on en avait…) ou une radio dans la maison, pas une dans chaque chambre.

Et la télévision avait un petit écran de la taille d’une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l’État du Texas.

On avait un réveil qu’on remontait le soir.

Dans la cuisine, on s’activait pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu’EDF en produit.

Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

On n’avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou autoportées : on utilisait l’huile de coude pour tondre le gazon.

On travaillait physiquement; on n’avait pas besoin d’aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l’électricité.

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif. On n’utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter.

On remplissait les stylos dans une bouteille d’encre au lieu d’acheter un nouveau stylo.

On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l’école à vélo ou à pied au lieu d’utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 heures sur 24.

Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d’une année sur l’ autre, les crayons de couleurs, gommes, taille-crayons et autres accessoires duraient tant qu’ils pouvaient ; pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée.

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On n’avait qu’une prise de courant par pièce, et pas de blocs multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d’aujourd’hui.

Mais c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste !

atmosphère-citation